stress-au-volant-lfp-formations

Stress au volant, ou amaxophobie

Nombreuses sont les personnes dans notre société souffrant d’amaxophobie, ou de stress au volant. Ami, membre de la famille ou collègue de bureau, nous avons déjà tous entendu quelqu’un se plaindre de se sentir stressé parce qu’il devait prendre le volant. Si pour certaines personnes conduire ne pose pas de problème, il s’agit d’une réelle source d’angoisse pour d’autres. On parle alors d’amaxophobie.

Quelles peuvent être les causes ?

Lorsque sensation de stress se fait ressentir, elle peut avoir plusieurs origines :

  • un manque de pratique: un conducteur n’effectuant que rarement de petits trajets peut présenter une appréhension lorsqu’il faudra conduire longtemps ou plus loin que le trajet habituel
  • un traumatisme : un accident de la route, en tant que conducteur ou passager peut expliquer l’origine de ce stress. Il peut même être déclencher par le fait d’avoir été spectateur d’un accident.
  • une diminution des facultés: avec l’âge, la vue et les réflexes se dégradent et peuvent expliquer un manque de confiance sur la route.

Très loin d’être infondée, cette appréhension est ciblée sur un risque important. Le risque routier n’est pas à prendre à la légère, puisqu’il fait chaque année des centaines de milliers de victimes. Il est alors nécessaire d’agir, avec que ce stress ne devienne pas un réel handicap.

Comment lutter contre le stress au volant ?

Différentes étapes peuvent être mises en place afin de lutter progressivement contre le stress au volant, selon l’importance de cette crainte.

  • Identifier les facteurs de stress. Imaginez-vous, chez vous dans votre salon, prenant le volant pour partir faire vos courses. Si cette idée vous stress (ou vous terrifie), notez ce qui vous angoisse : ne pas connaitre le chemin ? une circulation dense ? la signalisation ? être seul en voiture ? Identifier ces éléments perturbateurs, c’est une première étape pour les comprendre, les prévenir et les affronter.
  • Prendre la place de passager, et relever si ces mêmes éléments perturbateurs interviennent. Si tel est le cas, prenez un moment pour respirer, et se calmer. Puisque vous n’êtes pas au volant, vous pouvez prendre le temps de respirer, fermer les yeux pour retrouver un état de plénitude. Ensuite, vous pourrez identifier les facteurs qui vous ont fait entrer en état de stress.
  • L’étape suivant sera, si vous le pouvez, de conduire quelques minutes, régulièrement (tous les jours ou toutes les semaines) dans un quartier habituel et calme. Évitez par exemple les centres villes, les grands axes autoroutiers ou contournements, et les heures de pointes. Restez proche de chez vous, 10 à 15 minutes suffiront. Ne vous forcez jamais, au risque de vous créer un blocage total.
  • Contrôler votre respiration. Lorsque vous êtes en état de stress, vous allez rapidement ressentir votre respiration s’accélérer, vos muscles se crisper. Ouvre la fenêtre, respirez l’air frais, et détendez-vous !
  • Partez à l’heure. Rien de plus stressant que de partir 5 minutes avant son rendez-vous. Prévoyez un timing plus large. Vous serez serein sur la route, et pourrez faire face à d’éventuels imprévus.
  • Mettez de la musique ! Plutôt que de ruminer dans vos pensées (négatives), mettez une playlist qui vous plait, et laissez-vous porter par la musique.

Quelle solutions pour gérer le stress au volant ?

Lorsque le stress atteint des niveaux trop important, ou que les conditions de travail vous mettent inévitablement en situation de stress (chauffeur privé, conducteur d’ambulance, taxi), il peut être nécessaire de suivre une formation avec des moniteurs spécialisés.

Nous vous proposons des formations sur mesure, encadrées par notre moniteur de pilotage et notre ostéopathe. Après avoir rempli un questionnaire personnalisé, vous serez pris en main par nos encadrants afin de bien identifier vos sources de stress et de travailler de manière efficace.

N’hésitez pas à vous rapprocher de nous afin de créer votre programme.

Tags: No tags

Comments are closed.