conseils-écoconduite

Ecoconduire ? 10 conseils pour l’écoconduite

Ecoconduire ? 10 conseils pour l’écoconduite

conseils-écoconduite

Vous entendez souvent parler d’écoconduite ou de conduite éco mais ne savez pas vraiment en quoi cela consiste. Ce type de conduite présente plusieurs avantages notamment au niveau de votre sécurité et de votre consommation de carburant.

Plus globalement, les éléments du véhicule sont moins sollicités et ont donc une durée de vie plus longue. Et qui dit moins d’usure dit aussi moins de dépenses !

Pour réduire la consommation carburant de vos véhicules d’entreprise, nous vous proposons de faire participer vos collaborateurs à une formation éco-conduite.

Nous vous donnons aussi 10 conseils pour l’écoconduite :

1. Préparer l’itinéraire

Préparer l’itinéraire en optant pour le trajet le moins énergivore. Prévoir un parking proche de votre destination d’arrivée vous évite de tourner en rond, de gaspiller du carburant et du temps.

preparer-itinéraire-ecoconduire-conseils-ecoconduite

2. Vérifier la pression des pneus

Autre conseil pour l’écoconduite : La pression des pneus est la base de la conduite économe. Des pneus gonflés à la bonne pression permettent de réduire la résistance au roulement et donc la consommation de carburant. Dans certains cas, il est possible de réduire jusqu’à 5% la consommation de carburant. Il est conseillé de vérifier la pression des pneus de son véhicule au moins une fois par mois, surtout en cas de charge importante ou de longs trajets. Les véhicules récents sont dotés de capteurs grâce auxquels la pression des pneus vous est indiquée sur le tableau de bord.

Bon à savoir : ne pas surgonfler ses pneus, c’est dangereux. 

3. Utiliser le régulateur de vitesse et les aides à la conduite

conseils-ecoconduite-regulateur-vitesse

L’utilisation du régulateur de vitesse permet de maintenir une vitesse constante, ce qui réduit la consommation de carburant. Les autres aides à la conduite ont aussi pour but de renforcer votre sécurité ainsi que de diminuer votre consommation de carburant.

Vous avez peut-être, dans les options de votre véhicule, la touche “eco”. Une fois activé, le mode eco permet d’adopter un mode de conduite plus souple donc écologique.

4. Rouler à une vitesse économique et écologique

Pour écoconduire, nous vous conseillons de rouler à une vitesse constante, sur route départementale comme sur autoroute. Rouler à une vitesse supérieure à celle autorisée augmente la consommation de carburant et entraîne une émission plus importante de gaz à effet de serre. Réduire sa vitesse permet donc de moins polluer et de faire des économies de carburant. 

Contrairement aux idées reçues, ne pas rouler au point mort. Cela ne permet pas d’économiser du carburant, c’est plutôt le contraire !

5. Adopter une conduite souple

Une conduite souple veut dire éviter les accélérations brutales et les freinages inutiles. Si vous roulez à une vitesse stable, vous consommerez moins. Pour cela, anticiper le trafic et décélérer doucement, en relâchant l’accélérateur à temps, vous permet de ne pas accélérer et freiner inutilement. L’anticipation des ralentissements et des feux tricolores permet de freiner moins souvent. Le frein moteur prend le relais. Cela permet de réduire la consommation de carburant et de favoriser la sécurité routière. Garder vos distances vous aidera à éviter des accidents ! Et donc une baisse de la sinistralité.

Passer les rapports de vitesse plus rapidement, avant que votre véhicule ne monte trop dans les tours, est aussi une astuce d’éco-conduite. En effet, ne pas pousser le régime moteur permet d’économiser près de 20% de carburant.

Qui dit conduite souple dit aussi économie mécanique : les pièces s’usent moins vite !

Nous vous donnons des astuces pour améliorer la conduite de vos collaborateurs.

astuces-eco-conduite

6. Respecter l’entretien du véhicule

Il est essentiel de respecter la programmation des entretiens et révisions quand le véhicule le stipule. Si les échéances des entretiens ne sont pas respectées, votre véhicule peut consommer jusqu’à 25% de carburant supplémentaire. L’entretien du véhicule est essentiel pour réduire la consommation de carburant. Le filtre à air, l’injection et l’embrayage doivent être régulièrement vérifiés.

7. Éteindre le moteur lorsque c’est possible

comment-ecoconduire

Parmi nos conseils pour l’écoconduite, il y a aussi l’action de couper son moteur. Stationnement, bouchons, file d’attente… Si vous devez vous arrêter, même pour une courte durée, coupez le contact de votre véhicule lorsque c’est possible. Cela permet de faire des économies d’essence et de réduire les émissions de CO2.

8. Éviter les accessoires et alléger le poids du véhicule

Des accessoires, comme un coffre de toit par exemple, augmentent le poids à tracter par le véhicule. Cela vaut aussi pour les autres éventuels chargements du véhicule. Plus le véhicule est chargé, plus cela demandera un effort supplémentaire au moteur et donc davantage de consommation de carburant.

9. Ecoconduite : ne pas abuser de la climatisation

Une utilisation abusive de la climatisation peut entraîner une surconsommation de 10% sur route et 25% en ville ! Cela augmente aussi considérablement les rejets de CO2.

De la même manière, fermer les vitres diminue la prise au vent. Quand vous roulez à grande vitesse, sur l’autoroute par exemple, fermez vos fenêtres car la résistance à l’air entraîne également une surconsommation.

que-faire-pour-eco-conduite-conseil

10. Utiliser des carburants écologiques

Pour diminuer vos émissions de gaz à effet de serre, au volant d’un véhicule thermique, vous pouvez opter pour l’utilisation de carburant écologique. Les carburants écologiques tels que le bioéthanol ou le Gaz de Pétrole Liquéfié, GPL, permettent de réduire les émissions de CO2. En les utilisant, vous pouvez réduire votre consommation de carburant polluant et prendre une part active dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Vous l’aurez compris, écoconduire a un impact significatif sur la consommation de carburant ainsi que sur votre sécurité !

piétons-et-automobilistes

Sécurité routière : le passage piéton

Sécurité routière : le passage piéton

piétons-et-automobilistes

Parce que la prévention et formation aux risques routiers vaut pour les automobilistes, elle est tout aussi importante du côté des piétons. Même si un piéton engagé est prioritaire, il est important de respecter certaines règles de sécurité.

La vulnérabilité des enfants sur un passage piéton

Les enfants sont des piétons plus vulnérables : ce par leur taille et ils mettent plus de temps à analyser les différentes situations. Pour traverser, ils doivent analyser la configuration de la route, le comportement des conducteurs, la distance et la vitesse des véhicules qui approchent.

Le cerveau d’un enfant, encore en phase d’apprentissage, met plus de temps à analyser tous ces facteurs. Et surtout, à réellement se rendre compte du danger !

Par exemple, un adulte met ¼ de seconde à savoir si une voiture est à l’arrêt ou non. Un enfant peut mettre jusqu’à 4 secondes.

Plus généralement, soyez attentifs en présence d’enfants sur la chaussée.

passage-piéton-enfant-sécurité

Passage piéton : le rôle des adultes

Dans un premier temps, expliquer aux enfants la signification du bonhomme rouge et du bonhomme vert. Et surtout… leur montrer le bon exemple, car ils aiment copier ce qu’ils voient !
Petit rappel pour votre sécurité : même si le bonhomme est vert, assurez-vous tout de même qu’il n’y a pas de véhicule avec une trajectoire dangereuse…

sécurité-routière-passage-piéton

Cas 1 : un enfant bien averti

Ballon, voiture, bonhomme rouge, il sait que le bonhomme est prioritaire sur le ballon qui vient de traverser la route.

Cas 2 : un enfant non averti

Un enfant qui n’est pas conscient du danger, va courir après son ballon sans prêter attention à la couleur du bonhomme ou la présence de véhicules sur la chaussée.

Automobilistes, soyez donc vigilant si des enfants jouent ou courent près de la chaussée, ils pourraient traverser sans regarder !

Passage piéton et poussette

Ne surtout pas s’engager sur la route avec la poussette devant soi. Car dans ce cas, l’enfant se retrouve sur la chaussée dans une situation vulnérable. Nous vous conseillons de placer la poussette sur le côté, sur le trottoir, et de vérifier le dégagement de la chaussée avant de vous engager.

Si vous pouvez, évitez de traverser à un passage piéton où la visibilité est réduite par des véhicules garés ou des végétations par exemple.

passage-piéton-poussette

Les seniors qui traversent au passage piéton

passage-piéton-senior

Les personnes de plus de 75 ans représentent 40% des personnes tuées sur la route.

Avec l’âge, le fonctionnement du cerveau ralentit et les informations circulent moins vite.

Pour traverser, nous devons aussi bien évaluer la vitesse du véhicule qui approche ainsi que la distance à laquelle il se trouve, tout en prenant notre vitesse en compte !

Cependant, les personnes âgées ont du mal à évaluer les vitesses. Pour traverser, elles vont donc principalement se fier à la distance à laquelle se trouve la voiture, ce qui peut être trompeur…

Les seniors qui traversent au passage piéton

Nous sommes tous, dans la plupart des cas, à la fois piétons et automobilistes. Soyons vigilants envers les autres en apprenant à maîtriser notre véhicule et en adoptant une conduite posée. Anticiper et être prêt à freiner en toutes circonstances.

Conseil LFP Formations : Piétons, quand vous voyez une voiture approcher un peu trop vite, ne vous engagez pas… automobilistes, quand vous apercevez des piétons qui souhaitent traverser la route, ralentissez… d’autant plus pour les enfants, les seniors et les bébés en poussettes qui sont plus vulnérables.